Vous êtes ici :   Accueil » Inondations du 12 novembre 1886
Ain : les inondations du 12 novembre 1886


A la suite de pluies persistantes en début de mois dans le département de l' Ain, toutes nos rivières ont débordé. La Reyssouze à Bourg en Bresse a inondé tous les bas-fonds. Quelques maisons du quartier des Brotteaux ont été envahies par les eaux et les rez-de-chaussée sont devenus inhabitables. A St Julien sur Reyssouze, les occupants d ' une voiture  qui versa ont été sauvés de justesse par plusieurs personnes courageuses malgré les flots. La Saône a vu son niveau fortement augmenté. A Montluel, la Sereine ne le fut plus; elle se transforma en un véritable lac et causa des dégâts considérables . L' eau a rompu les berges en amont de la ville et par suite, le torrent des Avoux a inondé le quartier de Montbreuval où les maisons ont été dans 60 cm d' eau. Une fabrique de couvertures s' est retrouvée sous les eaux et  dut cesser ses activités. A La Boisse commune toute proche, les dégâts sont très importants. Le chemin de grande communication de La Boisse à Balan est raviné dans 2 endroits sur une largeur de près de 30 m et une profondeur de 6 m. Beynost fut aussi inondée. A Thil tout comme à Niévroz, la crue du Rhône a inondé plusieurs maisons qui sont encore dans l' eau. Dans toute la Côtière, les terres ont été ravagées et les chemins entrainés. La voie ferrée entre Servas et St Paul de Varax a été envahie par l' eau. Il y avait un mètre d' eau dans le moulin qui se trouve près de St Paul et les récoltes furent en partie perdues. Près de Mionnay, la voie ferrée a été aussi recouverte par les eaux et les voyageurs ont dû être détournés par Mâcon et St André le Gaz. Plusieurs voies ferrées furent coupées dans la région. La Veyle, la Chalaronne ont également causé des dommages en divers endroits. Des maisons ont été inondées, des routes coupées, des arbres arrachés par la violence du courant. La circulation a été interrompue sur une masse de points. Pour la seconde fois en 15 jours, l' Oignin et l' Ange ont franchi leurs rives et inondé la prairie de Brion, de la Cluse et de Montréal. La rivière d' Ain a également inondé la plaine d' Ambérieu. Sur la ligne de Trévoux à Sathonay, la voie a été coupée et des trains ont subi des retards. En montagne, la neige a été signalée.
 

 

Le lendemain, les nouvelles de la région sont meilleures où les eaux se sont sensiblement retirées mais les dégâts furent énormes. Sur plusieurs points de notre département, ces inondations ont eu la violence des crues de 1840 et de 1856, respectivement en novembre et mai.
dans les communes riveraines de la Veyle et de la Saône, l' inondation a été particulièrement terrible. Aux hameaux des Dîmes et de Mons, commune de Laiz, les habitations inondées ont dû être abandonnées. Plusieurs cultivateurs ont eu du mal à sauver leur bétail car ils avaient de l' eau aprfois jusqu' à la ceinture. Entre Biziat et Vonnas, une voiture chargée de blé a basculé sous la force de l' eau  dans un fossé mais l' attelage a heureusement pu être sauvé et une partie du blé retirée. A Liponas, hameau de Vonnas, une maison s' écroula. A St Etienne sur Chalaronne, la pile d 'un pont en fer a été emportée. A Dompierre sur Chalaronne, un pont en pierre a disparu. Du côté de Montluel, l' inondation a eu de terribles effets également. La voie de chemin de fer a été de nouveau coupée par les eaux. Le sous-Préfet de Trévoux s' est rendu à Montluel pour se rendre compte des dégâts causés dans tout ce secteur. Le Formans a débordé sur tout son parcours, emportant sur le territoire de St Didier uen partie du pont du moulin Pointet, la passerelle de la Tannerie et la grande écluse. Le chemin de grande communication n° 16 a été coupé près de Chézery au confluent de la Valserine et du torrent le Troublerie. La circulation s' est trouvée momentanément interrompue sur ce point.


 
Moteur de recherche
 
JURA
AIN
Climatologie Ain
 
Météo d' antan (Ain)
 ↑  
 
RHONE ALPES AUVERGNE
Recherche personnalisée

Suivez Météo01 sur :
    

 

Recherche personnalisée