Vous êtes ici :   Accueil » Inondations de mars 1914
Ain : les inondations du 10 mars 1914


A la suite d' abondantes précipitations, de nombreuses crues et inondations se produisent à la fin de la première décade de ce mois de mars 1914.

Tout d' abord à Feillens. A peine la prairie était-elle libre et les eaux de la Saône retirées, en même temps que les communications par terre rétablies avec Asnières et Vésines que pour la cinquième fois dpeuis le mois de novembre 1913, la vaste plaine de la Madeleine, à Fleurville, est de nouveau inondée. La crue a été aussi subite que celle de novembre. Les routes de Feillens à Vésines et de Manziat à Aasnières ont été coupées et les bateaux amarrés à chaque porte de ces localités, d enouveau détachés pour aller chercher les provisions.

A Lhuis, à la suite des pluies abondantes, le Rhône a fortement grossi. A port de Groslée, il arriva près de la voie du tramway. Il s' étend dans l' Isère et inonde une grande partie des communes de Brangues et du Bouchage et s' étend sur 10 km jusque sous Morestel. Il coule d' une façon vertigineuse, aussi ses eaux boueuses et jaunâtres trasportèrent des quantités de débris, fagots de bois, arbres enelvés sur les rives. Les propriétaires riverains ont été inquiets. Le village des Sables, hameau de Brégnier Cordon est entouré par les eaux. La rivière le Gland déborde en-dessus de la cascade et la route qui mène à Belley est obstruée par les eaux entre Glandieu et Prémezel. La cascade était de toute beauté.

Dans le secteur de Gévrieux près d' Ambérieu, là encore les pluies fortes ont fait déborder les cours d' eau. On a rarement vu la rivière d' Ain aussi impressionnante et l' inquiétude vint du hameau du port, directement menacé par le courant très violent venant de l' Albarine débordée et recouvrant une grande étendue de prairies et de terres labourables.

Dans la région de Thoissey, la pluie combinée avec la fonte rapide des neiges dans le Doubs ont provoqué de nouvelles crures très importantes. Le Doubs continue à monter. La Saône de son côté gagne 3 cm à l' heure et à Trévoux, à son approche vers Lyon, son écoulement est retenu par le Rhône qui subit une montée encore plus forte. Ici, toutes les prairies sont submergées; des champs se retrouvent sous les eaux.

A Chézery, pluie abondantes et fonte des neiges ont fait grossir la Valserine dans d' énormes proportions et elle ravage tout sur son passage. L' usine électrique ne fonctionne plus, la rivière ayant crevé le barrage qui amenait l' eau sur les turbines. Des champs entiers sont submergés et couverts de gravier et de débris de bois de toutes sortes qu' elle a arraché sur son passage. Un service fut organisé afin d' éviter tout accident.


 


 
Moteur de recherche
 
JURA
AIN
Climatologie Ain
 
Météo d' antan (Ain)
 ↑  
 
RHONE ALPES AUVERGNE
Recherche personnalisée

Suivez Météo01 sur :
    

 

Recherche personnalisée