Menu déroulant horizontal by Papinou
L'essentiel dans l'Ain


Courbe du mercure réactualisée toutes les 5 min.
(
cliquez sur la carte)
Outside Temp History

Direct la Vattay



Direct Plans d'Hotonnes


Direct Pont d'Ain


Direct d' Ambérieu

Les autres webcams de l'Ain
---------------------------------------------


9 et 24 novembre 1944
inondations dans l'Ain
1950 un 11 novembre sous les eaux !

--------------------------------------------


 Retour sur le temps de l'automne 1957

------------------------------------


Vos prévisions météo à 10 jours 

 

 
-----------------------------------------
-----------------------------------------


Découvertes

La fête des alpages à Annecy

 C' est ici !
----------------------------------------
Pratique


Tout savoir sur les vigilances de Météo France
 C' est ici !
----------------------------------------

Changement climatique

Réchauffement de la banquise
  C' est ici !
------------------------------------------

Escapades

L'Aiguille du Midi

L' article complet ici
------------------------------------------

Escapades hivernales

A découvrir, la station des Plans d' Hotonnes
--------------------------------------------






Actus météo

photonews/chasse100110.jpgAIN : le plan viabilité hivernale prêt pour cette nouvelle saison

Avec le début de l'hiver météorologique, le conseil départemental de l'Ain vient de présenter hier son plan de viabilité hivernale pour la saison 2016-2017. Un plan spécifique pour assurer le maintien de la circulation. Le but est bien sûr d'assurer la sécurité à tous les automobilistes qui empruntent quotidiennement les routes du département de l'Ain pendant toute la mauvaise saison. Même s'il n'est pas du niveau de nos départements alpins, le coût annuel de cette viabilité pour l'Ain est loin d'être négligeable surtout lorsque les hivers sont très précoces ou très neigeux. On se souvient de celui de 2009-2010 qui a sérieusement grévé le budget annuel. Il s'élève hors salaires pour un hiver moyen comme celui de 2014-2015 à 3,25 millions d'euros. Cela représente 12400 tonnes de sel tout en sachant qu'une tonne revient entre 60 et 80 euros, 7300 sorties d'engins et 47000 heures de travail. 400 agents de la Direction des routes sont mobilisés pour entretenir un réseau de 4460 kilomètres.

Une mise en place jusqu'à fin avril. Même si le plan vient d'être présenté aux médias ce jeudi,  il a été mis en place le 10 novembre dernier dans l'Ain pour le secteur montagne et se maintiendra jusqu'au 20 avril prochain alors que les premières chutes de neige venaient de faire une apparition remarquée sur les plateaux du haut Bugey et du haut Jura. Les flocons ont même atteint localement les vallées comme sur le secteur de Bellegarde. Pour la zone plaine, les dates sont un peu plus courtes et s'échelonnent du 17 novembre jusqu'au 23 mars prochain. Le Département dispose de nombreuses agences réparties sur tout le territoire.
Pour la montagne, cela concerne les agences de Bellegarde - Pays de Gex, Bas Bugey, Haut Bugey, Bresse-Revermont pour les centres d'exploitation de Cerdon et Simandre sur Suran. Pour la plaine, les agences concernées sont celles du Val de Saône-Bresse, Dombes-Plaine de l'Ain, Bresse-Revermont pour les centres d'exploitation de Bourg, Coligny et Tossiat.
A noter que pour les autoroutes qui traversent l'Ain, c'est APRR qui gère cela avec là encore différents centres d'exploitations répartis un peu partout comme celui situé dans le secteur du col de Ceignes.


Des priorités. Le Département a mis en place comme chaque année des interventions prioritaires suivant les axes de fréquentations.  Il y a cinq niveaux de service : le réseau routier départemental est hiérarchisé selon l’intensité du trafic. Cette hiérarchisation permet, en période de viabilité hivernale, d’appliquer différents niveaux de service et des traitements différents. Cinq niveaux ont été définis par le Département de l’Ain, classés de N1 à N5. A chaque niveau de service correspond un type d’intervention : N1 étant le niveau le mieux traité et N5  correspondant aux routes non traitées (soit environ 90 km). Ces niveaux de service permettent de dimensionner les moyens et l’organisation du service hivernal.

118 circuits. On  traite 118 circuits, dont 110 en régie au départ des 27 centres routiers répartis sur  l’ensemble du territoire. En moyenne, un circuit de déneigement représente 35 km de routes en zone  de  montagne,  soit  un  temps  de  rotation  de  3  heures  30  entre  chaque  passage  de  l’engin  de  service hivernal. En zone de plaine, un circuit représente 45 km de routes, soit un temps de rotation de 4 heures entre chaque passage de l’engin.

Les opérations de viabilité hivernale sont organisées dans chaque agence routière. Chacune d’elles connaît bien l’état du réseau grâce au suivi régulier des prévisions météorologiques et aux patrouilles locales.  L’organisation  de  la  viabilité  hivernale  mobilise  l’ensemble  des  personnels  chargés  de  l’entretien  et  de  l’exploitation  des  routes.  Au  total,  ce  sont  300  agents  des  agences  routières  qui  interviennent pour surveiller le réseau et réaliser les interventions de déneigement et de déverglaçage. En parallèle, une cinquantaine d’agents organisent et pilotent les actions en tant que « support » aux équipes territoriales.


Des fonctions clés

La viabilité hivernale s’organise autour des fonctions clés suivantes :
• le responsable d’astreinte en agence routière :  à  partir des prévisions météorologiques, il détermine l’opportunité  ou  non  de  réaliser  des  patrouilles  de  surveillance  du  réseau.  Il  suit  les  opérations  de  déneigement et de salage et organise les moyens d’intervention à l’échelle de l’agence routière.
•  les  patrouilleurs  :  dès  3  h  du  matin,  ils  observent  la  formation  et  l’évolution  des  phénomènes  hivernaux.
•  le  responsable  d’intervention  :   informé  par  les  patrouilleurs  des  conditions  météo,  de  l’état  des  routes et de leur possible évolution, il a la responsabilité de déclencher localement la mise en œuvre des moyens de déneigement et de salage.
•  les  personnels  d’intervention  :  agents  de  terrain,  ils interviennent  dès que  cela  est  nécessaire  depuis les 27 centres routiers répartis sur l’ensemble du Département.
• le cadre de permanence de la direction des routes :  il supervise l’ensemble du dispositif mis en place à l’échelle du Département et gère les crises routières éventuelles en lien avec les partenaires extérieurs.


Un traitement des routes approprié

Sur la base des prévisions météorologiques, les agents des routes, grâce aux patrouilles réalisées, décident des traitements les plus appropriés pour remettre au noir les axes.
 Le  traitement  précuratif  permet d’éviter la formation de verglas en épandant du  sel  sur  la  chaussée par anticipation, au plus près de l’apparition du phénomène. En cas de neige, il n’existe pas de traitement précuratif (avant la chute). La neige ne peut être traitée que lorsqu’elle est tombée rappelle le conseil départemental.
 Le traitement curatif :pendant les précipitations, la neige est raclée et évacuée avec des lames de  déneigement  installées  sur  les  engins.  Un  salage  complémentaire, en  fin d’épisode,  permet de  traiter la neige résiduelle. Le verglas est traité par salage.

Les produits utilisés : Le sel fait fondre la glace en abaissant le point de congélation.
La saumure est une saturée en sel, la saumure est fabriquée dans les centres routiers. Elle est utilisée pour mouiller le sel afin de le fixer et d’accélérer son action sur la chaussée.
La bouillie de sel enfin est un mélange de sel et de saumure. La bouillie de sel représente la quasi-totalité des traitements effectués dans le Département de l’Ain.

Le  saviez-vous  ?  Le  sel  n’a  pas  la  propriété  de  faire  fondre  la  neige . Saler avant le raclage entraînerait un gaspillage de sel et aurait un très fort impact  environnemental  sur  le  milieu  naturel  étant  donné  les  quantités  qu’il faudrait épandre rappelle le Département.
En  présence  d’une  couche  de  5  cm  de  neige  et  d’une  température  de chaussée  de  -5°C,  il  faudrait  épandre  1,2  kg  de  sel  par  m²  pour  faire  fondre les 5 cm de neige. Un engin de service hivernal ayant une capacité de 7 tonnes de sel ne pourrait ainsi traiter qu’un seul kilomètre de route !Durant les épisodes neigeux, malgré l’intervention rapide des agents des routes, il est possible que les usagers roulent sur des chaussées enneigées et ce jusqu’à la fin des précipitations. Le maintien de la circulation se fait essentiellement par évacuation de la neige, en raclant la chaussée avec une lame portée par un engin. Le salage intervient en fin de raclage. C’est une mesure de finition qui vise à accélérer le « retour au noir » de la route.


photonews/sel.jpg



Tous les jours, le point route matinal

Pendant  toute  la  période  hivernale, un état des routes complet est  disponible, chaque  matin  vers  7 h  45  à 8 h ( vers 9h30 les week ends) sur notre site avec notamment les risques de chutes de neige et les températures du moment. Météo01peut compéter cela par des points supplémentaires dans ses actus en cas de vigilance orange.





Quelques bons réflexes à rappeler

Il est bon de rappeler quelques règles pour passer un hiver tranquille sur nos routes.
Au début de l’hiver, préparez votre véhicule
• Assurez-vous du bon fonctionnement de votre véhicule.
• Equipez-le de pneus hiver et n'attendez pas le dernier moment car dès les premières chutes de neige, les stocks s'épuisent vite dans les enseignes spécialisées.
• Munissez-vous de chaînes pour des accès en altitude.
Sur la route, on lève le pied !
• Anticipez l’augmentation de votre temps de parcours si la météo se dégrade.
• Augmentez les distances de sécurité.
• Evitez les manœuvres brutales.
• Ne dépassez pas les engins de déneigement lorsqu’ils sont en action et facilitez leur passage.
• En cas de blocage, garez-vous sur le bas-côté pour libérer le passage aux engins.
Pour aller plus loin sur la conduite hivernale : http://meteoalpes.com/pratique/la-conduite-en-hiver.php


 

^ Haut ^