Menu déroulant horizontal by Papinou
L'essentiel dans l'Ain


Courbe du mercure réactualisée toutes les 5 min.
(
cliquez sur la carte)
Outside Temp History

Direct la Vattay



Direct Plans d'Hotonnes


Direct Pont d'Ain


Direct d' Ambérieu

Les autres webcams de l'Ain
---------------------------------------------


9 et 24 novembre 1944
inondations dans l'Ain
1950 un 11 novembre sous les eaux !

--------------------------------------------


 Retour sur le temps de l'automne 1957

------------------------------------


Vos prévisions météo à 10 jours 

 

 
-----------------------------------------
-----------------------------------------


Découvertes

La fête des alpages à Annecy

 C' est ici !
----------------------------------------
Pratique


Tout savoir sur les vigilances de Météo France
 C' est ici !
----------------------------------------

Changement climatique

Réchauffement de la banquise
  C' est ici !
------------------------------------------

Escapades

L'Aiguille du Midi

L' article complet ici
------------------------------------------

Escapades hivernales

A découvrir, la station des Plans d' Hotonnes
--------------------------------------------






Actus météo

mercure30.jpgAIN : des pics de chaleur de plus en plus fréquents.

Météo01 avait déjà réalisé une enquête il y a quelques années qui montrait qu'à part l'hiver plutôt stable, les trois autres saisons se réchauffaient de plus en plus.
Si les prévisions du GIEC concernant une  augmentation de la température même dans le niveau le plus bas se réalisent, les chiffres ci-dessous pourraient paraître bien faibles dans l'avenir. Car à la question de la récurrence de plus en plus rapprochée de périodes très chaudes et caniculaires ( respectivement au-delà des 30° et au-delà des 35°) ,nous avons voulu savoir ce qu'il en était exactement sur ces dernières années de cette évolution dans le département de l'Ain.

Pour cette enquête, l'analyse a pris en compte les données de la station officielle de Météo France à Ambérieu en Bugey depuis 1950 mais le constat est assez uniforme partout dans le reste du département. Et les chiffres parlent d'eux-mêmes. Le mercure s'emballe de plus en plus chaque été dans le département avec des jours de fortes chaleur de plus en plus nombreux. Sans compter ceux pour canicule qui progressent également dans une moindre mesure. Nous sommes passés d'une moyenne de 11 par an dans les années 50 ( tout en sachant que des archives anciennes sur la période 1920 à 1940 pour les stations les plus anciennes du réseau comme celles de Bron montrent que déjà il y avait des pics de chaleur ) parfois à 16 dans les années 80 puis près de 20 la décennie suivante. Entre temps, La décennie 2001-2010 est celle la plus criante avec le caniculaire été 2003 encore dans toutes les mémoires avec ses 51 records battus, qui a fait exploser les statistiques départementales. On a ainsi grimpé à une moyenne décennale de 25 jours de forte chaleur ( 251 journées). On constate également une nette progression depuis 2001 du nombre de jours de fortes chaleurs sur les mois de juin et désormais on en enregistre chaque année. Si jusqu'à alors, on en a relevé près d'une quinzaine par décennie, la période 2001-2010 a vu ce chiffre grimper à 70 ! dont 23 rien que pour le mois de juin de 2003 ( cette année 2003 tient toujours le record du nombre de jours sur une année à plus de 30° soit 63. Ce qui fait une moyenne de un jour 6 de forte chaleur). A noter l'année 1977 qui tient le record de n'avoir jamais vu le mercure atteindre la barre des 30° !.
Les années 2010 sont bien parties pour afficher un gros score avec déjà 39 jours depuis 2011 dont 11 rien pour cette année. C'est tout de même juillet sur les trois mois d'été qui comptabilise le plus de journées à plus de 30° avec 88 sur la période 1991-2000, et même 99  sur la décennie suivante 2001-2010. Et depuis 2011, on en compte déjà 67. Août a juste fait mieux sur la décennie 71-80 avec 49 jours contre 47 pour juillet. Pour août, c'est la décennie 91-2000 qui a en comptabilisé le plus (85 jours). Même si l'on ne peut présager de la météo des trois prochains et derniers étés de cette décennie 2011-2017, on compte au sortir du mois de juillet 149 jours de fortes chaleur. Tout en sachant que les années 70 avaient marqué un recul. Mais on peut raisonnablement pensé que l'on sera dans la fourchette haute.

mercure35.jpgEn ce qui concerne proprement dit les jours de canicule, là encore les chiffres pourraient nous inquiéter pour l'avenir. Bien évidemment, s'ils sont moins nombreux que le nombre de jours globaux à plus de 30°, la progression est nette. Et là c'est le mois d'août qui reprend le dessus sur juillet et qui en enregistre le plus. S l'on en a eu que 2 sur la décennie 71-80, les deux décennies suivantes ont vu le nombre dépassant les 10. Mais là encore, c'est depuis les années 2000 que tout cela flambe, boosté là encore par l'été 2003 qui fut vraiment mémorable. L'été 2003 a compté pas moins de 22 jours caniculaires dont pour moitié sur le mois d'août avec un record absolu porté à 40,3° depuis le début des relevés dans les années 40. Et sur la décennie  2001-2010 il y a 38 jours à plus de 35°. Et cela va à priori en s'amplifiant puisque déjà on en a relevé 28 depuis 2011 et sans compter ceux de ce mois d'août 2017. Et quand on sait qu'il reste encore 3 ans pour finir cette décennie, on peut craindre une explosion possible des 38 jours de la décennie précédente.


Des jours de canicule  de plus en plus fréquents à prévoir. Au regard de tous ces chiffres, cet été globalement chaud voire très chaud est encore un bon ton en-dessous de celui de 2003. Mais on retiendra tout de même ces constats globaux : chaque décennie a connu son lot de jours de canicule mais très modéré mais on peut pas nier le réchauffement climatique où depuis ces quinze dernières années les températures sont reparties à la hausse.. Juin voit sa progression de journées très chaudes et cela commence à grimper sur septembre  (depuis 2011 mais la décennie 1961-1970 en avait connu autant donc on ne peut pas en tirer de conclusion formelle de réchauffement). Ensuite, le nombre de jours à plus de 30° est en hausse depuis 1981 et surtout depuis les années 2000 . Si le total décennal pourrait être en recul, en revanche celui pour les jours de canicule est en forte hausse, depuis ces 15 dernières années. Comme si le passage au 21e siècle avait engagé un net réchauffement. Si sur la décennie 2001-2010 on a eu 38 jours caniculaires, du jamais vu et qui représentait  près de 15 % des journées à plus de 30°, alors que l'été n'est pas fini, les 28 enregistrés depuis 2011  et à la date du 31 juillet peuvent laisser entrevoir un record absolu sur la décennie....

 

^ Haut ^